[société] des nouvelles tensions communautaires dans mon l'extrême-nord

L’alerte a été donnée par le ministère camerounais de l’Administration territoriale.

 

Ce département ministériel a alerté lundi par la voie des réseaux sociaux la résurgence de tensions entre les communautés Arabes Choa (agriculteurs) et Mousgoum (pêcheurs) dans la région de l’Extrême-Nord du pays.

Le préfet Fombele Mathias Tayem s’est rendu sur le terrain le 30 décembre dernier, et a donné des instructions aux chefs traditionnels pour qu’ils prennent leurs responsabilités en vue de restaurer la paix et le vivre-ensemble dans les localités en conflit.

La situation montre que les deux parties ont renoué avec les différends autour de l’élevage du bétail et l’occupation des terres agricoles et piscicoles, a expliqué la division de la communication dudit ministère, faisant état de l’urgence de maintenir la paix et la cohésion sociale dans le département du Logone et Chari, où les affrontements entre ces deux communautés avaient fait 28 morts, au moins 74 blessés et 25 villages incendiés en août 2021.

En 2021, au moins 30 000 Camerounais victimes des conflits intercommunautaires à l’Extrême-Nord s’étaient réfugiés au Tchad.

By Esther Fossi