[Économie]le Cameroun se dote d'un corridor routier moderne le reliant au Nigeria

L’inauguration, jeudi 3 novembre 2022, d’un pont sur la Cross River dont la construction a été financée par les deux pays, est l’ultime étape de ce projet infrastructurel permettant de relier le Cameroun au Nigéria en passant par les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

 

Sur la Cross River, un cours d’eau séparant le Cameroun au Nigeria, trône depuis plus d’un an, un pont d’une longueur de 408 mètres. L’infrastructure qui a coûté 22,4 milliards de FCFA ; dont, 11,9 milliards apportés par le Cameroun et le reste par le Nigeria, sous l’égide de la Banque africaine de développement, a été inaugurée jeudi 3 novembre 2022, en présence des représentants des deux pays. Plus qu’un simple pont, cet ouvrage symbolise la matérialisation certes lente, mais tout de même progressive de l’intégration africaine tant vantée par les pouvoirs publics des différents pays du continent. Il est également l’ultime étape du projet d’aménagement du corridor Bamenda-Mamfe- Ekok/Mfum-Abakaliki-Enugu, du moins en ce qui concerne la partie camerounaise. On peut donc désormais partir de la ville de Bamenda dans le Nord-Ouest du Cameroun, pour rejoindre le pont sur la Cross River, érigé dans la localité d’Ekok, à la frontière entre le Cameroun et le Nigéria.

Ce voyage qui se faisait jadis dans des conditions exécrables en raison du mauvais état de la route, est aujourd’hui une douce et paisible virée, en raison de l’aménagement de plusieurs kilomètres de  routes bitumées. Dans le détail, l’État du Cameroun a aménagé la route reliant Bamenda à Numba dans le Sud-Ouest, en passant par Batibo sur un linéaire total de 64,43 kilomètres. Coût total des travaux ; 28,2 milliards de F CFA hors taxes. En outre, plusieurs ouvrages connexes ont été réalisés au profit des populations riveraines. Il s’agit principalement des aires de séchage de produits agricoles, une station de pesage, des hangars de marché, un centre de jeunes, des unités de transformation agricole, des infrastructures de réservation pour la fibre optique, une école à Widikum et un centre touristique à Tiben.

Les 51,13 km qui séparent la localité de Numba de celle d’Akagbe ont également bénéficié d’un relooking qui comprend non seulement le bitumage de la route principale, mais également la construction d’infrastructures connexes. 5 bâtiments de deux salles de classe simples; 3 bâtiments de trois salles de classe; 14 hangars de marché; 1 centre de promotion de la femme équipé; 3 centres des jeunes équipés ont ainsi été érigés dans les différentes agglomérations situées entre les deux localités évoquées supra. Dans le même registre, on peut également comptabiliser la fourniture de 1000 tables bancs, 400 chaises en bois, 32 tables rectangulaires pour bureaux, 16 fauteuils pour bureaux, 4 placards en bois; 3 ordinateurs avec imprimante; 105 porte-tout; 22 presses à huile; 37 moulins à manioc; 5 machines à coudre; 5 machines à broder et 4 forages d’eau potable. 35,6 milliards de Fcfa ont été mobilisés pour la concrétisation du projet. Les travaux de bitumage se sont poursuivis sur le linéaire Mamfe-Ekok.

Grâce à une enveloppe budgétaire de 9 milliards de F que compte mobiliser l’Union Européenne en faveur du projet, la bourgade d’Ekok va également s’enrichir de nouvelles infrastructures. Il y est prévu, le bitumage de 5 Km de voiries, la construction et l’équipement des logements du personnel d’astreinte devant travailler au Poste de contrôle unique frontalier de Mfum et Ekok (trois immeubles R+2), la réhabilitation et l’équipement de huit salles de classe avec clôture et latrines, la construction d’une gare routière avec des hangars de marché, et enfin,  la construction de deux magasins de stockage entre autres