[Économie]le Cameroun relance la production du blé

Le chef de l’Etat vient d’instruire le déblocage d’une subvention de 10 milliards destiné à la production à grande échelle de cette céréale tant prisée. Aux grands maux, les grands remèdes. En réponse aux difficultés d’approvisionnement auxquelles fait face le Cameroun depuis le début de la guerre en Ukraine, le chef de l’Etat vient de décider de relancer la production à grande échelle de cette céréale qui est actuellement au centre des convoitises dans le monde entier. Concrètement, c’est un montant cumulé de 10 milliards qui seront mis à la disposition de l’Institut de recherche agricole pour le développement (Irad), dans les cinq prochaines années, pour la production et la transformation du blé au Cameroun. On mesure l’ampleur d’une telle mesure, quand on sait que le blé concourt à la production des beignets, du pain, des biscuits, des pâtisseries et à l’alimentation animale. Selon les études et les résultats des chercheurs de l’Irad qui ont jusqu’ici produit de nombreuses variétés adaptées à notre potentiel agro-écologique, le Cameroun a une capacité de production de 1000 tonnes de blé par an, alors qu’il n’en produit que près de 100 t actuellement. D’où ses importations de 860 000 t en 2020 pour un montant total de 156 milliards FCfa, pour combler sa forte demande. Selon des statistiques officielles, de 2012 à 2017, le Cameroun a importé le blé à hauteur de 548 milliards Fcfa. L’Irad qui a depuis 2013 repris ses travaux sur la production du blé tendre et blé dur dans les cinq zones agro-écologiques du Cameroun, a vraiment eu le nez creux. Le pays ayant en effet décidé de réduire de manière globale ses importations de produits alimentaires dans sa politique d’import substitution, les recherches axées sur l’analyse des sols, des eaux, des plantes et les zones adéquates de production seront d’un grand apport pour le lancement à l’immédiat de la production industrielle du blé au Cameroun. Selon ces recherches, le blé peut efficacement être produit à l’Est, Ouest, Nord, Nord-ouest, Sud et Centre, avec des rendements escomptés de 1,5 à 5 t à l’hectare, en fonction des régions. Ce qui vient battre en brèche le sempiternel pessimisme de certains compatriotes qui parlent d’ores et déjà de mesures cosmétiques face à cette pénurie qui touche tous les pays du monde. Ces zones de production potentielle viennent s’ajouter aux sites de Wassande et Touboro, respectivement dans l’Adamaoua et le Mayo Rey dans le Nord, qui sont des zones confirmées de production de blé dans le pays. L’Irad qui regorge en son sein des experts connus et reconnus du blé, saura à coup sûr relever cet autre défi qui permettra au Cameroun de produire désormais son propre blé.