[Économie] le budget d'investissement public en baisse de 2,5% en2023

Le contexte économique tendu et la subvention des prix à la pompe évaluée à 775 milliards de FCFA l’an dernier sont à l’origine de cette régression.

 

Au Cameroun, le Budget d’investissement public(BIP) pour le compte de l’exercice 2023 s’élève à 1 386,8 milliards de FCFA. Par rapport à 2022, où ces dépenses d’investissement se situaient à 1 555,3 milliards, elles ont subi une baisse de 231,5 milliards soit –2,5% en valeur relative. « En 2023, le BIP représente 22% du budget de l’Etat, très loin de la considération clé visant à porter le BIP à 40% du budget de l’Etat durant le cycle SND30 », a déclaré au quotidien Cameroon Tribune, le Pr Isaac Tamba, directeur général de l’Economie et de la Programmation des investissements publics au Minepat.

A en croire ce dernier, cette diminution du BIP s’explique par « une conjonction de facteurs induits par un contexte économique et budgétaire très contraint, dont le soutien des prix à la pompe constitue le déterminant majeur, et ont fait du BIP malheureusement, la principale variable d’ajustement en avenir incertain ».   

En substance, 69,6% du budget sera alloué à la construction des infrastructures en l’occurrence, la réhabilitation des aéroports de Bertoua, Tiko et Kribi, la construction de 123,24 km de route revêtues et de 1940 kilomètres routes rurales. A cela viendront s’ajouter la construction de 560,47 kilomètres de routes bitumées, la réhabilitation de 750 linéaires d’ouvrage d’art la construction de 1675 logements sociaux, 123 adductions d’eau potable, le lancement de la troisième phase du projet d’électrification de 1000 localités par système solaires photovoltaïques etc.

Exécution pratique du BIP ; un gros souci

Il convient de souligner que l’exécution physique du BIP au Cameroun demeure une préoccupation pour les pouvoirs publics. A titre d’illustration, sur les 04 dernières années le taux de réalisation va décroissant. L’on est notamment parti de 95, 94% en 2019 ; 92,36% en 2020 ; 74,9% en 2021 contre 56,1% en 2022. Pour améliorer la situation, le gouvernement a pris des mesures qui n’attendent plus que d’être mises en pratique. Pour Isaac Tamba, il a été instruit aux maîtres d’ouvrages de passer les marchés dès l’entame de l’exercice budgétaire. Le gouvernement pour sa part veillera à accroître les ressources allouées aux organes chargées de l’exécution du BIP sur le terrain et régler définitivement  la question des arriérés d’indemnités des membres des Commissions de passation des marchés.