[Économie] Garoua, les financements c2d ont changé de ville

Les réalisations de ce programme ont été présentées à un large public venu découvrir l’impact du projet dans le Nord, le mercredi 7 décembre au site du Parc boisé.

La journée portes-ouvertes du Contrat de désendettement et de développement (C2D) dans le Nord qui s’est tenue le mercredi 7 décembre a été occasion pour les populations de Garoua d’avoir des réponses sur toutes leurs préoccupations au sujet des projets du Contrat de Désendettement et développement. Le Parc boisé en construction, un des chantiers des fonds C2D a abrité la cérémonie qui a mobilisé un grand public de Garoua et une kyrielle d’hommes de presse du Cameroun. Ces derniers ont effectué des déplacements pour réaliser des reportages sur les multiples projets du C2D. Des fonds qui ont révolutionné le domaine de la santé, l’agriculture, le domaine infrastructurel et le service urbain de base, qui sont des ouvrages de proximité. L’injection de ces fonds dans le Minepia (ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales) et du Minader (ministère de l’Agriculture et du Développement rural) a permis la mise sur pied du programme de consolidation et de pérennisation du Conseil agropastoral pour une agriculture et un élevage productif, profitable et compétitif.
Pour le Programme national de développement participatif (Pndp), grâce aux financements C2D dans la région du Nord, 118 micro-projets sont mis en œuvre dans les domaines hydrauliques et assainissements, agropastoraux, de l’éducation, de la formation et de la santé. Aussi, 21 communes ont été formées sur l’utilisation du logiciel Pro-Adp (Aide au développement), le renforcement des capacités de 80 agents communaux et le déploiement du logiciel Sim-ba. Les fonds C2D ont également sauvé des vies dans le domaine de la santé, avec la mise en place du chèque santé pour la prise en charge à 6 000 frs des femmes enceintes jusqu’à l’accouchement et même après. Quant au fond C2D urbain, capitales régionales, ceci a permis la réalisation des espaces publics, la réalisation des espaces marchands tels le marché aux poissons et bétails et la construction des boutiques et hangars au petit marché de Yelwa, la construction de l’espace Jardin an 2000, les services urbains de base et les voies de drainage des eaux des pluies.