[POLITIQUE] Voici l'opération chirurgicale qui fait mal au SDF

En gros, le parti SDF est en train de faire sa mue. Il doit renouer avec la victoire. Le diagnostic a clairement montré qu’il fallait sortir du messianisme.

En effet, nous apprend le Dr Louis Marie Kakdeu, c’est la mouvance nationale (du Chairman Ni John Fru Ndi) qui avait conduit à l’élection de nombreux cadres au niveau local. En d’autres termes, le parti n’était pas implanté localement. Et lorsque la mouvance Fru Ndi a baissé à travers le temps, le parti a cessé de gagner. Les cadres accusent donc le leadership national, cherchant un autre Messie.

Dans la logique de la durabilité, le NEC a décidé le changement de paradigme. Le pouvoir national doit partir du peuple. Et donc, c’est la logique bottom-up qui a été adoptée. Cela veut dire quoi ? Questionne l’universitaire.  « Cela veut dire que le parti doit pouvoir continuer de gagner en cas d’absence du leader national. Cela se matérialise par le renouvellement à partir de la base. Les cadres qui s’indignent auraient voulu que le renouvellement se passe à partir du sommet », explique-t-il.

Cette décision remet la balle au centre. C’est comme si l’on recommençait tout à zéro

« Et donc, que l’on aille rapidement au Congrès, choisisse un Messie et ses disciples inamovibles avant d’aller de retourner sur le terrain les faire adouber. La majorité des membres du NEC a décidé l’inverse : on commence le renouvellement par la base et c’est le nouveau leadership local qui se concrétise au Congrès par l’élection au niveau national. Où est le problème ? Le problème est que l’essentiel des anciens élus pourrait perdre leur place au niveau local et ne pourrait donc pas participer au Congrès. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas prêché par l’exemple lorsqu’ils avaient été élus ».

« Beaucoup ne retournait pas à la base. Et la base les sanctionne. Ces cadres manœuvraient donc pour bloquer le processus de renouvellement. Depuis un an, ce processus patinait. La décision du 18.8 visait à résoudre ce problème et à rendre le jeu démocratique. Cette décision remet la balle au centre. C’est comme si l’on recommençait tout à zéro. Quiconque veut être élu au niveau national est appelé maintenant à s’investir sur le terrain. C’est ainsi que le parti renouera avec la victoire », ajoute le Dr Louis Marie Kakdeu.