[Politique] Samuel Eto'o divise le MRC

Les militants du parti qui soutiennent le président de la Fecafoot sont mal vus. Armand Noutack II et Mathieu Youbi font partie des Camerounais qui soutiennent les actions du président de la Fecafoot. Ils n’hésitent pas à recadrer vertement tous ceux qui critiquent ou s’attaquent à Samuel Eto’o sur les réseaux sociaux. Seulement leurs soutiens à Samuel Eto’o n’arrangent pas tout le monde au sein du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Au point où des voix s’élèvent pour demander leurs démissions du parti. Et pour cause, Armand Noutack II et Mathieu Youbi ne peuvent apporter leur soutien quelqu’un qui a publiquement soutenu le président de la République Paul Biya lors de la présidentielle de 2018. Ils demandent à leurs camarades du MRC d’être cohérents. « Ce monsieur ne doit plus s’exprimer dans les médias pour le MRC. Le risque d’un dérapage contrôlé est trop grand. Au vu du rejet qu’il suscite dans l’opinion à travers ses publications controversées, il n’est plus bon d’associer son image à celle du MRC ! », écrit sur sa page Facebook Aïssatou Bouba Dalil parlant de Armand Noutack II. Appel à la démission « Cahier des charges d’un membre du Directoire national : parler de son soutien à Eto’o matin midi soir ! C’est pour ça qu’on t’a nommé ? Va donc le rejoindre une bonne fois pour toutes ! Où est le problème du MRC dans les affaires de soutien de Noutack à Eto’o ? Ce monsieur (Noutack) ne peut-il pas aligner une phrase sans citer notre parti ? On a déjà compris de quel côté penche son cœur, nous autres ne sommes pas obligés de le suivre dans ses choix.», indiquait la cadre du MRC dans un autre post. Et Armand Noutack II de répondre : « Elle est incapable de dire clairement qu’elle est ma « faute » … Mourir de rire .Petit rappel : le responsable de la communication du MRC s’appelle Joseph Emmanuel Ateba. Dites à cette demoiselle que son agitation de l’époque de feu Penda ne m’atteindra pas. Je reste concentré, je ne cherche qu’une chose : l’argent du bus , et ma préoccupation est adressée à un activiste, pas à mon parti le MRC. » Une affaire à suivre