[Politique] Albert Dzongang : ‹‹ la fin de l'imposture est proche ››

Selon le conseiller spécial de Maurice Kamto, le pouvoir en place au Cameroun, en a fabriqué des milliers de « fous » pour s’attaquer à tous ceux qui lui font ombrage. Lire ici sa tribune parvenue à notre rédaction : LE FOU Le fou est celui qui a tout perdu, sauf la raison. Il raisonne avec tout, se croit au-dessus de tout, il est le plus savant, le plus beau et le plus intéressant. Il aime qu’on le regarde faire ses pitreries. Pour lui ceux qui ne sont pas comme lui sont fous. Il a son monde dans lequel ne vivent que ses semblables, si vous y entrez sains, vous en sortirez fous. C’est pourquoi, le sage dit : Si pendant que vous vous l’avez nus dans le marigot, un fou survient et emporte vos habits, restés sur la rive, ne le poursuivez pas, car vous serez nus et lui au moins en guenilles, et c’est vous qui passerez pour plus fou. Les fous sont cependant utilisés parfois par des lâches pour nuire aux paisibles personnes, qu’ils ne peuvent affronter eux-mêmes. Quand un fou vous provoque, ne répondez pas, fuyez même s’il le faut, car à l’issu de l’affrontement, vous serez à tous les coups le perdant et la risée. Si vous le frappez, les passants vous traiteront de lâche méchant. S’il vous blesse, vous serez traité d’idiot qui a osé affronter un fou. Vous devenez aux yeux de tous un fou caché. Parmi les fous, il y a des agents déguisés qui, cachent leur jeu derrière cette fausse folie. Le pouvoir en place au Cameroun, en a fabriqué des milliers pour s’attaquer à tous ceux qui lui font ombrage. Malheureusement pour lui, comme dit l’adage, repris par le Dr. Aristide NOMO, l’oiseau a vu le fou du régime prendre le caillou, et s’est envolé. Dans la tourmente où se trouve le régime diabolique de Yaoundé, il faut s’attendre à ce qu’il fasse tout pour se sortir des griffes du MRC, conduit par son lucide Président Maurice KAMTO. Plusieurs de ses créatures vont se révéler aux yeux du monde. Le peuple camerounais reconnaîtra les siens parmi tous les tartuffes qui se passent pour ses libérateurs. La fin de l’imposture est proche. Albert DZONGANG