[noso] un militaire tué au nord-ouest, son arme emportée

Le griveton dont l'identité n'a pas été révélée, assurait la garde dans un check-point.

 

Après l’accalmie observée ces dernières semaines, du fait des fêtes de fin d’année, les forces armées camerounaises ont été visées par une attaque des séparatistes hier lundi.

Alors qu’il assurait la garde dans un check-point, un soldat a été lâchement abattu. Après l’assaut, son arme a été emportée. Comme toutes les précédentes fois, la division de communication du ministère de la défense n’a confirmé ni infirmé l’information.

Cette stratégie vise à ne pas entamer le moral des troupes, sur les lignes de front, observe sous anonymat, un expert des questions de sécurité.