[Divers]Deux morts après un mariage à Mbalmayo

Agnès Mballa, 32 ans, et Louis Marie Nya, 42 ans, ont perdu la vie le 15 août dernier après une cérémonie nuptiale à Nsessougou, deux jours plus tôt. Un couple de marié Les faits sont rapportés par Cameroon tribune. Beaucoup auraient aimé que ce soit un «fake» et que le plus beau jour d’un couple, ne finisse pas par la mort de certains invités. Mais joint hier au téléphone, l’adjudant-chef- Christian Efouba Enying, commandant de la brigade de gendarmerie de Nkolmetet, confirme le drame. Il y a effectivement eu des cas de décès après un mariage à Nsessougou, village situé à environ 15 kilomètres de la ville de Nkolmetet, dans le département du Nyong-et-So’o, région du Centre. Il s’agit des nommés Agnès Mballa, 32 ans, et Louis Marie Nya, 42 ans. Les deux invités venaient d’assister un mariage. Sans savoir que les réjouissances de samedi, 13 août, jour de célébration, étaient les dernières de leur vie. Après avoir mangé et bu ce jour-là, tout a basculé. C’est à l’hôpital de district de Mbalmayo qu’ils sont allés chercher de l’aide. Le corps médical a fait savoir aux hommes en tenue que la première victime, Agnès Mballa 32 ans, belle-sœur de la mariée, est arrivée à l’hôpital souffrant de maux de vendre et de céphalées. Elle avait également des vertiges et des pertes de vue. La seconde victime, Louis Marie Nya, cousin de la mariée est arrivée avec les mêmes symptômes. Les deux personnes sont décédées lundi 15 août à Mbalmayo. Dans d’autres formations sanitaires de l’arrondissement de Nkolmetet, neuf autres personnes, y compris le marié, Marcelin Zambo Mengue, ont aussi été reçues à cause de soucis de santé. Notamment, d’atroces douleurs abdominales. D’après notre source, le marié, alité il y a quelques jours, est déjà en famille à Yaoundé. Mais, il serait encore très faible. Son épouse est certes en santé. Son épouse est certes en santé, mais elle très préoccupée par cette situation au lendemain de son mariage. Sur les causes de ce drame, certains parlent d’un cocktail confectionné à l’occasion de ce mariage. Lequel, avait, entre autres, été fait à base d’eau, de sucre, d’alcool etc. Le mélange par la suite a fermenté pendant de nombreux jours avant dégustation. Ceux qui l’on consomme samedi dernier au mariage font partie des victimes. Pour d’autres, le repas aurait été souillé par un opposant à cette union. Si la thèse de l’empoissonnement a précocement été avancée ; le commandant de brigade lui, ne le soutient pas. « On aurait certainement un plus grand nombre de morts s’il s’agissait d’un empoisonnement, car près de trois personnes ont pris part à ce mariage. L’enquête se poursuit », a déclaré l’adjudant –chef Christian Efouba Enying, qui annonce avoir déjà auditionné plusieurs personnes et convoqué d’autres dans le cadre de cette affaire.