[Éducation]un enseignant suspendu de ses fonctions à l'université de Douala

En effet, C. Ngadjifna a menacé le Directeur des affaires financières avec un pistolet. Le chef de département de Sociologie a brandi une arme devant témoins le jeudi, 7 juillet 2022. Histoire de tenter de contraindre Etoundi, le responsable des affaires financières, de lui rendre son dû lié aux filières professionnelles. Selon des sources crédibles, le Sociologue “réclame le traitement et l’engagement du dossier de paiement dû aux enseignants d’une filière professionnelle comptant pour le second semestre”. La même source ajoute:“C’est devenu une affaire de conflit personnel entre le chef de département de Sociologie et le directeur des affaires financières de l’Université de Douala. Je ne saurais dire si c’est une affaire de pourcentage ou de quote part de chacun”. Au sein de cette institution universitaire, certains de ses collègues délient leur langue et soutiennent que les données produites par C. Ngadjifna, par ailleurs porteur du projet, seraient non-conformes. Info ou intox? La question reste en veilleuse. Toutes nos tentatives pour joindre C. Ngadjifna au téléphone sont restées vaines. En jetant un regard rétrospectif sur la vie académique de cet enseignant, il n’est pas à son premier coup. En effet, l’actuel chef de département de Sociologie avait, il y a quelques années, menacé le chef de la cellule informatique, Jacques Etindele, avec un pistolet automatique en l’absence des témoins. L’on se souvient, dans le même sillage, que cet enseignant, alors chef de Division des affaires académiques et de la recherche à la Faculté des Lettres et sciences humaines (Flsh) de l’Université de Douala, avait été suspendu de ses fonctions le 29 août 2018. Cet enseignant de Sociologie avait été interdit d’exercer ses fonctions au sein de l’institution pour “comportements portant atteinte à la dignité humaine et à la déontologie universitaire”. Tels étaient les motifs imputés au concerné par le Professeur François-Xavier Etoa, alors Recteur de l’Université de Douala. Suivant le fil de cette affaire scabreuse, depuis octobre 2017, les plaintes déposées par les étudiants en cycle de Masters professionnels en Gestion des ressources humaines et des étudiants de la filière communication événementielle et publicitaire contre le Sociologue n’avaient pas cessé de croître à cette période-là. Ces récriminations faisaient état de versements non-conformes des frais de scolarité des étudiants dans les mains propres de C. Ngadjifna au détriment du compte bancaire prévu pour recevoir 500.000 Fcfa annuels des apprenants. Une histoire louche parvenue aux oreilles du Recteur de l’université de l’époque, F.-X. Etoa, qui l’avait fait figurer dans le registre des auteurs de malversations financières. Autres forfaits non des moindres dont il est responsable, c’est le fait d’avoir aussi menacé, avec une arme blanche, Thomas Atenga, enseignant au département de Communication de la Flsh de l’Université de Douala. Cet écart de conduite remonte à plusieurs mois dans l’enceinte de cette arène universitaire. A cause de cet état de choses récurrentes, il a été demandé, il y a quelques jours, au gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, d’ouvrir aussi une enquête administrative sur des cas de déviances reprochés au chef de département de Sociologie suspendu de ses fonctions