[Éducation] violences scolaires, l'enseignant Valère ebouelé suspendu de toute activité

Le conseiller d’orientation écope de cette sanction après avoir donné des coups à un élève de première F3 au lycée technique d’Ambam. Le conseiller d’orientation qui asséné des coups à l’élève est suspendu La lutte contre les violences en milieu scolaire se poursuit Après la scène de violence au lycée technique d’Ambam dans la région du Sud, la première sanction tombe. L’enseignant Aimé Valère Ebouele, conseiller principal d’orientation, est suspendu de toutes activités dans cet établissement scolaire. Il est aussi proscrit de tout contact avec les élèves. La décision est contenue dans une correspondance en date du 20 septembre 2022. Elle est du délégué régional des enseignements secondaires pour le Sud et adressée au proviseur du lycée technique d’Ambam. A la lecture de ce document dont journal du Cameroun a reçu une copie, la suspension est prononcée « sur instruction de madame le ministre des Enseignements secondaires et dans l’attente de sa décision finale sur la situation » de l’enseignement concerné. Pour rappel, le mardi 13 septembre 2022, Alors que M. Aimé Valère Ebouele dispense les conseils aux élèves dans une classe de première F3, l’ambiance surchauffe. Une altercation s’en suit entre l’enseignant et l’apprenant de 17 ans, répondant au nom de Ulrich Ngane Ateba. Des coups du pédagogue infligés à ce dernier le plongent dans un état de choc entraînant la rupture de la rate. Transporté d’urgence à l’hôpital régional d’Ebolowa, il subit une opération. Suite à la scène, le ministre des Enseignements secondaires a effectué une descente le 15 septembre. Sur les lieux, Pauline Nalova Lyonga a déclaré qu’il est inadmissible qu’un enseignant soit à l’origine du malheur d’un élève ou des violences en milieu scolaire. La sanction liminaire tombe cinq jours après cette déclaration. La « sanction finale » quant à elle, reste attendue, comme le précise le délégué régional.