[Sport] FECAFOOT : quand Eto'o se retrouve dans l'étau des critiques

Depuis son accession à la présidence de la Fédération camerounaise de football, Samuel Eto’o Fils fait face à toutes sortes de critiques la plupart sur le management qu’il tente d’implémenter. Certains lanceurs d’alerte comme Boris Bertolt l’ont même déjà baptisé Dadis Camara. Samuel Eto’o Fils est présenté par la plupart comme un président qui impose sa dictature à ses collaborateurs. Tout récemment le président de l’Association des clubs amateurs de football du Cameroun (ACFAC) Henri Claude Balla Ongolo le mentionnait dans un communiqué presse dans lequel, il accusait Samuel Eto’o d’avoir tenté d’utiliser ses relations avec les magistrats contre le président de Jeunesse Stars Football. «Les faits que Monsieur Eto’o Fils Samuel reproche à ce grand acteur de football sont liés à l’utilisation des fonds non budgétisés à cette date au mois d’avril (son salaire et les factures payées au compte de l’hôtel Hilton) lors de l’émission CRTV Sports and Entertainment. Cette gouvernance dictatoriale qui tend à réduire les membres de notre association Fecafoot au silence est inadmissible et inacceptable. Les acteurs de football et l’ACFAC condamnent cet autre acte anti statutaire de plus», peut-on lire dans le communiqué du président de l’ACFAC. Son mandat Les critiques contre Samuel Eto’o Fils ne se limitent pas uniquement sur sa gestion de la Fecafoot et les acteurs du football local rattachés à l’autorité de l’instance dont il a la charge. Il y a aussi son mandat qui est contesté. D’ailleurs Guibaï Gatama membre exclu du comité exécutif de la Fecafoot indiquait en début du mois de septembre 2022, qu’il va saisir la Confédération africaine de football (CAF) et la FIFA pour contester sa présidence partant du fait qu’il a été condamné en Espagne pour fraude fiscale à 22 mois de prison avec sursis. «J’avais reçu une convocation comme tous les autres membres pour participer à Douala à une réunion du Comité exécutif, la veille de l’Assemblée générale. J’avais expliqué que je ne pouvais pas m’y rendre car à mes yeux, Samuel Eto’o qui a été condamné par la justice espagnole au mois de juin dernier, n’est plus légitime au poste de président de la Fecafoot en vertu des statuts de l’instance… », avait déclaré Guibaï Gatama. Ambition politique Au-delà de la Fecafoot, certains prêtent à Samuel Eto’o Fils des ambitions politiques. Pourtant Ernest Obama au cours d’une interview spéciale accordée à Canal 2 international affirmait que son patron n’en a aucune. La preuve faisait-il remarquer est qu’avec la prolongation de son mandat qui passe de 4 à 7 ans, on va se retrouver avec l’élection présidentielle de 2025. Boris Bertolt le lanceur d’alerte dans une publication du 11 octobre 2022 affirme que dans les coulisses, il mène une guerre contre Franck Biya, Maurice Kamto.