[Société]les forces de l'ordre à la pompe des stations à Yaoundé

En renfort pour permettre aux clients de se ravitailler en carburant sans casses. Ce mardi 19 juillet 2022 vers 10h, les éléments de la brigade de Recherche d’Emombo sont obligés de sortir de leurs bureaux situés derrière la station-service attenante pour surveiller des conducteurs de moto en colère. Ils sont venus s’approvisionner en carburant. Au milieu de cette station, plusieurs dizaines de taxi sont encerclés par des centaines de motos. Une situation qui oblige les automobilistes à rester sur place. Au niveau de la route principale, la circulation est complètement perturbée. Des jeunes gens tenant chacun un bidon en main se bousculent pour arriver devant le pompiste. Les gendarmes venus pour essayer de calmer les conducteurs de moto en colère ont du mal à atteindre leur objectif. Selon les témoignages recueillis sur place, c’est depuis 5h que cette station qui a été approvisionnée par les camions citernes en provenance de Douala a été prise d’assaut par des milliers de clients. Ce 20 juillet 2022, la circulation des véhicules a fortement été perturbée entre le carrefour du lycée bilingue de Yaoundé et Mobil Omnisports. Cette situation est justifiée par la présence de nombreux rangs majoritairement occupés par des automobilistes et conducteurs de moto. Ces jeunes gens ont pratiquement occupé une bonne partie de la route pour tenter d’avoir quelques litres de carburant entre les deux stations situées sur ce trajet : « Il faut prendre d’énormes risque pour se placer en rang devant une station pour avoir le carburant. Si l’incendie éclate ici avec cette foule, les milliers de compatriotes vont périr pour rien. Nous prenons ces risques parce que nous sommes obligés de travailler pour survivre. J’ai impression que plus les jours passent, plus la situation se complique », explique un conducteur de moto.