[Société]des survivants racontent le drame de Damas

Survenu dans l'après-midi du 27 novembre 2022, un éboulement de terrain a arraché la vie à plus d Une fête, puis la mort - Un glissement de 'une quinzaines de personnes dans la périphérie de Damas selon le bilan officiel.

 

Makolo Doss était sur le site mortel comme les autres personnes enterrées suite à l’éboulement. Il n’a eu la vie sauve qu’à une pause cigarette qu’il s’est permise à loisir à l’écart avant de rejoindre les autres. C’est à se moment même que la masse de terre rouge s’est soudainement effondrée sur le reste du groupe.

Il s’agit notamment d’une quinzaine de personnes qui célébraient la vie d’un groupe d’êtres chers décédés avec des tambours, des danses et des bières. “J’ai manqué la mort d’une seconde seulement”, a déclaré Doss , encore sous le choc.

La célébration se déroulait sur un terrain de football bordé par un talus de terre abrupt. C’est de loin qu’il a perçu la déflagration.

“Je me suis immédiatement retourné et j’ai regardé vers l’endroit où j’étais assis, mais je ne pouvais pas voir les participants ni les chaises. Ils avaient été recouverts par la terre”, a-t-il déclaré.

Pour Fotso Claude Michel, l’alerte a été donnée lorsqu’une pierre est tombée d’en haut et l’a frappé à la tête. En levant les yeux, il a vu la terre s’effondrer vers lui.

“J’ai sauté de l’endroit où j’étais assis mais je suis tombé sur le sol. Je me suis relevé mais je suis tombé pour la deuxième fois”, a-t-il déclaré.

Partiellement enseveli, Michel fait partie des survivants qui ont été déterrés par les membres de la communauté qui ont accouru à la rescousse avec des pelles – mais il a perdu sa mère, son frère et son meilleur ami dans la tragédie.

“J’ai le cœur brisé”, a-t-il déclaré.