[Politique] succès populaire, kamto dejoue le pronostic de ses opposants à nkongsamba

Plein d'oeuf pour le le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) à Nkongsamba. Le président national du MRC, Maurice Kamto, a été accueilli par une impressionnante foule en liesse. Dans cette allocution prononcée à l'occasion de l'installation du bureau de la fédération Littoral 2 ce Samedi à Nkongsamba, Maurice Kamto noyé dans une foule de militants et sympathisants est revenu sur le bien fondé de la décision prise il y a plus de deux ans de ne pas participer à la "mascarade électorale" organiséee par le pouvoir RDPC. Ce meeting souhaité pour un echec par ses opposants politiques étaient un succès sur le plan de la mobilisation, déjouant ainsi les voeux de ses détracteurs en l'occurence des leaders politiques des années 90 qui n'ont désormais pour principal opposant le leader de l'opposition camerounaise. "Notre seul adversaire c'est le pouvoir en place en place au Cameroun". Le professeur de droit anticipe sur les réactions des détracteurs potentiels. Ceux par exemple qui viendront à considérer que sa formation politique fait marche arrière, est inconstant dans ses positions. " Et je ne crains pas de le dire pour ceux qui trouvent une contradiction en politique comme s'ils veulent nous prendre pour les nés de la dernière pluie. Tout parti politique adapte sa tactique en fonction du terrain" a t-il dit devant une foule nombreuse S'agissant des élections présidentielles prochaines au Cameroun, Maurice Kamto ajoute ceci " Nous allons aux élections en 2025 pour les gagner. Parce que chaque épreuve que nous avons subie nous a fortifiés et nous avons tiré les leçons ", " Nous avons montré en 2020 que nous pouvons consentir pour notre peuple le plus grand sacrifice qu'un parti politique puisse consentir alors que nous étions capables de gagner les élections, de dire que nous n'y allons pas. Parce que nous ne luttons pas seulement pour que quelques militants du MRC aient des écharpes tricolores comme maire ici ou comme conseiller municipal ou comme député. Mais nous luttons pour le peuple et tout le peuple camerounais. C'est-à-dire que nous voulons être en capacité de changer, d'impulser le changement dans le pays. Cela passe ici par des sacrifices. Je crois que le message a été bien compris par notre peuple. Il faut être un parti qui aime son peuple pour consentir un tel sacrifice ", a expliqué le président national du MRC.