[Politique] Présidentielle de 2025 : quel chance pour Kamto et le MRC

Le leader du MRC Maurice Kamto se montre plutôt confiant pour l’élection présidentielle de 2025. La réunion publique du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Nkongsamba qui s’est tenue hier 8 octobre 2022, a permis à Maurice Kamto de dévoiler clairement ses intentions par rapport à l’élection présidentielle qui va se tenir en 2025. Le MRC va participer à cette échéance électorale. Et son leader a affirmé avec certitude que la victoire sera de leur côté. «Tout parti politique adapte sa tactique en fonction du terrain. Nous allons aux élections en 2025 pour les gagner», a-t-il déclaré. A la suite de cette sortie de Maurice Kamto, on ne peut pas s’empêcher de se demander quelles sont ses chances pour cette élection présidentielle tant attendue par les principaux opposants à l’instar de Cabral Libii leader du Parti camerounais pour la réconciliation nationale. On se rappelle que lors de l’élection présidentielle de 2018, Kamto avait alors proclamé sa victoire moins de 24 heures après la fermeture des bureaux de vote. «J’ai reçu mission de tirer le penalty historique. Je l’ai tiré, le but a été marqué », avait-il lancé, dans une de ses métaphores favorites qui a déclenché une ovation dans son quartier général d’Odza, à Yaoundé. « C’est un événement historique qui a rendu possible une alternance démocratique », avait-il poursuivi, avant de réclamer au président sortant Paul Biya la mise en place d’une « transition pacifique du pouvoir ». Sauf que le conseil constitutionnel a proclamé le candidat du parti au pouvoir Paul Biya vainqueur de cette élection avec 71,28% de voix récoltées. Et Maurice kamto arrivait deuxième avec 14,23% de suffrages exprimés. Il avait alors parlé de « faux » chiffres officiels et revendiqué la victoire. Vainqueur dans neuf des dix régions du Cameroun selon les résultats donnés par le conseil constitutionnel, Paul Biya a écrasé ses adversaires avec des scores officiels sans appel : 92,91 % dans le Sud, 89,21 % dans l’Extrême-Nord, 81,62 % dans le Nord.