[politique] l'udc déterminé à entrer au sénat

Une déclaration signée le 16 janvier dernier par le président national de l’Union démocratique du Cameroun (Udc) en fait état sans l’once d’une ambiguïté.

Le Président National
Déclaration de l’Union démocratique du Cameroun (Udc), suite à la publication du décret présidentiel N°2023/023 du 13 janvier 2023 portant convocation du collège électoral en vue de l’élection des sénateurs le 12 mars 2023.
Suite à la publication du décret présidentiel N° 2023/023 du 13 janvier 2023 portant convocation du collège électoral en vue de l’élection des sénateurs le 12 mars 2023, le Bureau politique de l’Udc, s’est réuni à Foumban ce jour, 16 janvier 2023 sur convocation et sous la présidence du président national, l’Honorable Tomaïno Ndam Njoya.

Après les propos introductifs du président national, suivis de la lecture du décret présidentiel sus-cité et du rappel de la résolution de la réunion du Bureau politique du 26 Novembre 2022 qui, réaffirmant la résolution de la Convention nationale de 2011 concernant la participation du parti aux élections nationales, engage l’Udc à participer aux prochaines élections sénatoriales.
Le Bureau politique a :
Pris acte de la convocation par le président de la République dans respect du délai prescrit par la loi, du Collègue électoral en vue de l’élection des sénateurs de la 3ème (troisième) mandature du sénat camerounais le dimanche 12 Mars 2023.
Constaté pour le déplorer, que depuis l’avènement du Sénat en 2013, l’Udc est le seul parti politique qui, gérant des Mairies, et constamment présent à l’Assemblée nationale depuis 1997,-aujourdhui présent au Conseil régional-s’est toujours vu barrer la voie d’accès au Sénat, par « tous les moyens », sans vergogne, il ne faut pas le cacher : par des méthodes anti-démocratiques, illégitimes voire frauduleuses.

Donné quitus au président national, d’assurer au parti une participation victorieuse à l’élection des sénateurs du 12 mars 2023 avec plein pouvoir d’engager l’approche stratégique et méthodologique qu’il jugera efficace pour atteindre cet objectif dans le respect de la loi, de l’éthique Udc, de l’esprit républicain, démocratique et participatif.

Rappelé qu’il aurait été politiquement plus correct, légitime et crédible que les leçons tirées des élections passées, ayant mis en exergue des disfonctionnements importants, conséquemment aux limites du Code électoral en vigueur depuis 2012, voté par les seuls députés du parti au pouvoir et imposé à tous les autres acteurs politiques, de procéder, à la modification participative et consensuelle du Code Électoral avant l’organisation de toute élection :
– En conformité avec nos engagements internationaux dans le domaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance moderne ;

  • Comme le demande et la classe politique, et les citoyens, et les leaders d’opinions, et même le Gouvernement dans le quatrième pilier de son document de présentation de la « Stratégie Nationale de Développement 2020- 2030 » (SND 30) à l’Assemblée Nationale « L’amélioration du système électoral pour des élections libres, justes, transparentes et crédibles…
    Modification qui aurait par ailleurs permis que la totalité des Sénateurs soient élus, la nomination de 30% des Sénateurs étant contraire à la démarche normale et légitime pour la dévolution des fonctions de représentation.
    Le Bureau Politique regrette que le Pouvoir en place soit jusqu’ici resté indifférent par rapport à cette préoccupation majeure et en appelle à un sursaut d’engagement patriotique, démocratique et républicain des grands électeurs, afin que les prochaines élections sénatoriales soient l’occasion de doter notre Sénat, des Femmes et des Hommes capables, patriotiquement motivés, comprenant, maitrisant et s’appropriant la mission qui est la leur, dans la réalisation optimale de la décentralisation et le bon fonctionnement des Collectivités territoriales décentralisées pour un meilleur développement, véritablement harmonieux, équilibré, solidaire et durable de notre Cameroun, qui est pour nous tous et par nous tous.
    Fait Foumban, le 16 Janvier 2023
    Hon. Tomaïno Ndam Njoya