[politique] l'ambassadeur des états unis au siège du Rdpc

Avec le diplomate américain, le secrétaire général du Comité central, Jean Nkuété, a échangé sur le rôle du parti de Paul Biya dans la construction de la démocratie et la préservation de la paix au Cameroun. Le secrétaire général du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le vice-premier ministre Jean Nkuété a reçu en audience, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, Son Excellence, Christopher John Lamora, le 19 septembre 2022 au siège du Parti, sis au lac municipal à Yaoundé. Le diplomate américain était accompagné de Lance Kinne, chef de la section politique et économique à l’ambassade des Etats-unis, tandis que le secrétaire général du Comité central était assisté du Pr Paul Célestin Ndembiyembe, secrétaire à la Formation politique et à la Prospective, et Thomas Fozein, coordonnateur adjoint de l’Académie du Rdpc. Pendant plus d’une heure, les deux personnalités ont évalué le niveau des relations qui lient le pays de Paul Biya et celui de Joseph R. Biden dont l’histoire, la géographie et le dynamisme imposent un respect particulier dans le monde. Après avoir souhaité la bienvenue à son hôte, le secrétaire général du Comité central a fait une brève présentation du Parti, depuis ses origines à l’Union camerounais jusqu’au Rdpc en 1982, en passant par l’Unc en 1966. Le diplomate américain a dont pu se rendre compte de la bonne structuration du Parti de Paul Biya du Congrès à la cellule, en passant par le Comité central, le Bureau politique, les sections, les Sous-sections, les Comités de base. Sans oublier les structures de coordination des activités des sections que sont les Délégations permanentes régionales et départementales. « Le Rdpc c’est le bras de paix du président de la République qui l’aide à se battre pour que le Cameroun aille dans le sens voulu par la majorité des Camerounais, avec l’aide des pays amis comme les Etats-Unis », a déclaré le vice-premier ministre Jean Nkuété. En d’autres termes, lorsqu’un pays se porte bien, le mérite ne revient pas à ses seuls dirigeants, mais aussi à tous ceux qui l’accompagnent dans ce sens. Tous les sujets, ou presque vont ensuite meubler les échanges : la démocratie ; les droits de l’homme ; la situation sécuritaire dans le NoSo, l’Extrême-nord et la région de l’Est ; les prochaines échéances électorales ; « J’ai beaucoup appris de votre exposé, mais j’aimerais en apprendre davantage (…) Si je vous pose autant de questions, c’est juste pour savoir comment les Etats-Unis peuvent accompagner le Cameroun au mieux dans le chemin qu’il aura lui-même choisi », a expliqué le diplomate américain, avant d’ajouter que c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il va également rencontrer les partis de l’opposition, les membres du gouvernement et de la société civile, etc. S.E. Monsieur Lamora est un diplomate de carrière, il jouit de trois décennies d’expérience dans les affaires africaines, y compris un premier séjour au Cameroun où il a déjà servi, notamment au consulat des États-Unis à Douala. Avec l’une des plus imposantes structures en Afrique, l’Ambassade des Etats-Unis au Cameroun, située au quartier Golf, Avenue Rosa Parks à Yaoundé, est une preuve que le pays de l’Oncle Sam prend ses relations avec le Cameroun très au sérieux. « Les Etat-Unis et le Cameroun sont des amis ; c’est encore le cas et ce sera toujours le cas », a conclu S.E. Christopher John Lamora.