[NOSO] Des éléments de l'armée accusée d'avoir tué un fermier qui se rendait au travail

Des sources affirment que l’homme n’avait rien à voir avec les éléments ambazoniens.

La tragédie s’est produite le 5 janvier 2022 au village Akwakwa situé dans la région du Sud-Ouest. Des sources du journal de notre consoeur Mimi Mefo accusent des éléments de l’armée d’avoir tué un fermier qui se rendait ce jour-là à la ferme. Les habitants du coin affirment que l’homme tué n’était pas un ambazonien.

« Il a été abattu par l’armée il y a deux jours alors qu’il se rendait à la ferme. Il n’était pas un combattant amba, et il ne l’a jamais été», a déclaré l’une des sources du journal de notre consoeur.

 «C’était juste un homme vivant dans le village qui luttait pour joindre les deux bouts», ajoute la même source.

Soulignons que selon le journal de notre consoeur Mimi Mefo, le village Kwakawa fait partie de ceux qui sont les plus durement touchés par la crise anglophone qui est déjà à près de six années avec des centaines de maisons incendiées et des personnes tuées.

«Les villageois, cependant, disent qu’il y a eu un certain calme dans la région, sans affrontements depuis un certain temps jusqu’au vendredi 5 janvier, lorsque l’armée a ouvert le feu tuant un fermier», rapporte le journal de Mimi Mefo.

Rappelons que la crise anglophone est née des revendications corporatistes. Il y a eu les enseignants qui demandaient leur redéploiement dans les zones anglophones. Les avocats de leur côté réclamaient la traduction des textes OHADA avec la prise en compte de la common law. Les positions s’étant radicalisées, est venu le mouvement séparatiste qui veut à tout prix la sécession du Cameroun.