[Économie]UBA cameroun lance son service mobile money

UBA Cameroun, filiale du banquier nigérian United Bank for Africa (UBA), annonce le lancement prochain de son service de Mobile Money baptisé « M2U Money ». «En termes de frais, envoyer et retirer de l’argent via M2U Money n’est soumis qu’à la taxe de transfert d’argent de 0,2% imposée par l’État camerounais. Par exemple, les dépôts, virements, retraits et paiements par M2U Money entraînent 0% de frais supplémentaires. M2U Money propose également un espace e-commerce, où fournisseurs et demandeurs de biens et services se rencontrent bienveillant dans un univers virtuel entièrement sécurisé.‘, faites-le savoir à la banque. Elle dit qu’avec M2U Money, les utilisateurs peuvent envoyer et recevoir de l’argent directement sur leurs comptes car ils sont affiliés à toutes les banques du Cameroun. Ce nouveau service permet à toute personne, qu’elle soit titulaire d’un compte bancaire, habitant en zone rurale ou urbaine, d’effectuer différents types d’opérations financières à l’aide d’un téléphone mobile. Il s’agit de transférer de l’argent ; paiements marchands ; paiements de factures; épargner et recevoir des fonds internationaux. « Les transactions entre M2U Money et votre compte bancaire sont gratuites et avec votre compte M2U Money vous pouvez envoyer de l’argent à divers autres contacts Orange, MTN ou Nextteldit la banque. UBA Cameroun se lance dans le mobile money après un échec sur le terrain il y a environ quatre ans. UBA et le troisième opérateur de téléphonie mobile du Cameroun, Nexttel, s’étaient associés pour lancer un service appelé « Nexttel Possa » (portefeuille de Nexttel dans une langue locale). Le 12 mars 2018, une autorisation a été délivrée par la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), l’institution émettrice des six États de la CEMAC. De Beac a ensuite accordé à Nexttel et UBA un maximum de six mois pour lancer le nouveau service Mobile Money. Cette réglementation n’a pas été respectée par l’opérateur télécom. La Banque centrale a par la suite retiré son agrément.